Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le point en l'air

Publié le par Scapildalou

   On en parle sans jamais vraiment savoir de quoi il en retourne – et c'est pathétique, car c'est justement ce qu'il dit démont(r)er : le point godwin.

Le point godwin, ce 'fameux' lieu de la communication consistant en un « constat », à savoir que tout débat politique tendrait à un moment à se cristalliser autour de la question de la Shoah. D'ailleurs, à chaque fois que le génocide par les nazis des juifs, tziganes, communistes, résistants, slaves, homosexuels (et aussi des témoins de jéhovah, citons-les, car eux ont résisté à l'idéologie nazis) et j'en passe, à chaque fois donc que ce génocide ou même qu'une position nazis ou au moins d'extrême droite est dénoncée dans une conversation, il y a toujours quelqu'un pour dire : « ça y est, nous venons de dépasser le point godwin ».

 

1-la shoah et les génocides commis par les nazis

Posons une chose avant d'aller plus loin, énonçons quelques éléments d'analyse. Dans la post-face de je ne sais plus exactement quel livre, Primo Levi, ingénieur et écrivain, résistant italien juif déporté et revenu des camps évoque une lettre dont il était destinataire. Elle avait été rédigée par un couple allemand qui, touché par l'ouvrage de Levi, lui témoignaient de leurs excuse, de leur sentiment de culpabilité, arguant que surtout, eux qui avaient vécu sous le nazisme, ne savaient pas.

La réponse de Primo Levi est cinglante. « Ils ne savaient pas ? » Comment ne pouvaient-ils pas savoir ! Avec beaucoup d'avance sur son temps, Primo Levi affirme que le nazisme est consubstantiel de la destruction de peuples entiers, les juifs en premier lieu. L'un ne peut aller sans l'autre, il ne s'agit pas d'un accident de parcours commis par une extrême droite qui aurait par ailleurs été bien autrement.

Lorsque Kessel se rend à Berlin à des meetings nazis dans les années 30 pour le compte de son journal, il décrit ainsi les scènes auxquelles il assiste. Les orateurs défilent un par un et finissent par perdre l'attention de l'auditoire. Comment le font-il revenir ? Par le biais d'insultes à l'encontre des juifs et de propos antisémites. Alors le public se réveille pour crier sa haine.

Primo Levi affirme ainsi : la nuit des longs couteaux ? L'exclusion des juifs des institutions ? Leur disparition de la vie sociale, comme si après toutes les menaces dont ils avaient été destinataires on allait leur donner des terres à l'est dans ce que les nazis appelaient leur espace vital ?

Ridicule. C'est ridicule, et il devient possible de suivre Primo Levi : ceux qui disent ne pas avoir su ce qui se passaient, ceux qui disent ne pas avoir compris qu'un génocide était en cours, sont complices de ce génocide.

Une nuance à apporter sur la façon dont les propos de Primo Levi ont été déformé notamment par Manuel Valls il y a quelques années. Valls disait qu'expliquer et chercher à comprendre le génocide, c'était justifier son existence, c'était pardonner. Primo Levi dit ça en effet mais Primo Levi lui, a été en camps et a survécu par hasard. Lui a le droit de le dire ; en revanche, pour notre part, il nous est interdit de ne pas chercher à comprendre le nazisme, comme le fait Chapouteau par exemple. Comprendre le nazisme, c'est essayer de faire en sorte qu'il ne puisse plus se reproduire sous quelque forme que ce soit, y compris lorsque son idéologie avance masquée sous différents avatars.

 

Impossible de chiffrer le nombre de victimes du nazisme. Impossible pour un français comme moi de me rendre compte. En Biélorussie, il y avait l'équivalent chaque jour de deux Oradour-sur-Glane. La Shoah par balle, les déportations de masse, les trains dans lesquels les personnes mourraient durant le trajet, les chambres à gaz, les cadavres découpés comme un simple matériaux, tout ça, comment aujourd'hui y faire face ? C'est tout proprement impensable et pourtant, il faut le penser – pour ne plus avoir à y faire face. Et en bon coco, je dirai, pour ne pas non plus en être victime, mais c'est personnel.

 

2-Le point godwin

Mais qui est donc ce fameux Godwin et en quoi consiste son point exactement ? J'ai découvert qui est ce monsieur il y a peu, par hasard, dans un reportage d'Arte. Godwin est un avocat libertarien pur et dur. Mais genre tellement pur et dur que c'en est dégueulasse. Pour lui qui n'est pourtant pas antisémite et lutte contre la haine, l'état ne devrait pas exister et la parole des nazis, des négationnistes et toute la faune du genre ne devrait pas être interdite sur les ondes. Pour moi, nier un crime c'est le justifier au point d'en être complice, donc il faut interdire les paroles négationnistes. Pour lui, c'est « attenter à la liberté d'expression ». On n'ira pas en vacances ensemble je crois.

Godwin affirme qu'il est possible à tout un chacun de lutter en mot contre les paroles racistes, antisémites, etc. Bref, tout le monde doit se prendre en main et s'y coller.

Bref, cet avocat qui n'est pas un scientifique combien même il est une tête, il est sans rire un grand intellectuel a décidé de se saisir d'une notion de psychologie sociale étudiée dans le cadre des changements d'attitude et, disons-le puisque c'est un des cœurs de la discipline, dans le cadre de l'influence, de la soumission et de la manipulation. Godwin sait très bien que l'idéologie dominante voue aux gémonies ce qui n'est pas classé comme étant autonome. Dire à une personne qu'elle est dépendante de je ne sais qu'elle théorie et qu'elle est libre de s'en affranchir est un très bonne tactique de manipulation. Mais l'appliquer c'est autre chose et Godwin s'y est attelé avec merveille, il faut le reconnaître. Ainsi, pour débattre face aux nazis et à ceux qui disent vouloir comme c'est mon cas continuer à les interdire d'antenne, il a donc adapté cette technique de manipulation. Ainsi, dit-il dans ce reportage d'Arte, j'ai donc eu l'idée de coller l'argument de la lutte contre la Shoah à un manque d'autonomie : si tu abordes ce sujet, c'est que tu es dépendant d'une force qui a le pouvoir sur toi. Imparable.

Le point godwin ne repose donc que sur une action visant à influencer les interlocuteurs, et non sur un constat scientifique.

 

3-Continuer à évoquer la Shoah pour dénoncer

Mais c'est oublier un point majeur : la Shoah n'est pas un simple fait historique. C'est aussi et avant tout un acte fondateur de l'idéologie et du rapport actuel au monde. Faire comme s'il n'y avait rien eu, que la page était tournée, c'est nier l'importance du génocide. On ne passe pas sur 6 millions de morts dans les camps de concentrations et autant tués dans des massacres en dehors. Et encore, le génocide des slaves allait prendre un tour industriel là aussi lorsque les soviétiques ont récupéré leur territoire : il s'en est fallu de peu que les allemands n'aillent encore plus loin dans l'horreur.

Bref, le génocide commis durant la seconde guerre mondiale est l'acte fondateur de l'étique moderne. Historiquement, il y a une rupture indéniable. Avant la Shoah, c'est la préhistoire. Après la Shoah, il y a la fin de l'innocence, le début de ce qui constitue le socio-constructivisme et le post-modernisme. L'humain travaille à sa construction et s'il manque d'éthique, il participe d'abord à sa destruction.

La Shoah devient donc une sorte de mythe fondateur, la fin de l'allemagne nazis se confond avec une sorte de mise à mort du père tout puissant par la horde primitive.

Par conséquent, la Shoah ne peut être exclue des débats ; mieux, elle est le fondement de toute position politique en ce qu'elle condense dans sa mise en œuvre et dans la lutte contre les risques de sa reproduction tout ce qui est de l'ordre de l'éthique, de la liberté, de l'humanisme.

En d'autres termes, on ne peut débattre politique en profondeur sans à un moment avoir à évoquer ce mythe fondateur.

 

 

Commenter cet article
B
Si vous voulez supprimer les pubs de votre blog n'hésitez pas a consulter cette page, elle vous aidera a avoir un blog plus propre sans débourser un centime et en quelques minutes, merci pour le partage en tous cas. https://supprimer-la-pub-sur-overblog.blogspot.com/2020/09/supprimer-la-pub-sur-overblog-en.html
Répondre