Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La déradicalisation, un cache misèreS ?

Publié le par Scapildalou

"Ces religions qui nous gachent le soleil..."

Des liens qui attachent

Les gouvernements successifs se gaussent de pouvoir réduire la radicalisation liée à l'islam, avec des logiques ingénues (cf. les pratiques de déradicalisation en prison échouant toutes depuis une demi-douzaine d'années). Il s'agit d'une part d'une logique post-colonniale faisant suite à une frustration plus ou moins déguisée de la perte de l'empire colonial ou d'autre part, d'essais malencontreux de masquer un racisme qui sourde sans cesse et qui devient ainsi difficile à retenir - en témoigne les saillies des dirigeants à l'encontre des immigrés et des musulmans.

Des « immigrés et des musulmans ? » Le 02/11, comme d'habitude, M.Finkelkraut dans sa croisade dépressive, sur france culture, mordait au jarret ses invités matinaux pour leur faire cracher que les déficits économiques étaient causés par l'immigration et à fortiori par un choc de culture provoqué par l'islam. Et le polémiste de réaliser comme si de rien était des allusions à M.Zemmour qui avait été son invité peu de temps auparavant.

 

Le voile... idéologique de l'extrême droite

Que M.Finkelkraut se mette à défendre les politiques de lutte contre la pauvreté a de quoi étonner, mais il y a des précédents. On avait déjà vu l'extrême droite lutter pour défendre les SDF Français qui seraient frustrés des biens du fait d'une aide indûment fournie en priorité aux SDF étrangés, avant de se lancer, dans la plus grande tradition xénophobe, dans la distribution de soupes au lardon (action qui a été un échec complet). Autre exemple : un peu plus tard, le RN ex-FN est devenu un pourfendeur de la laïcité, tant qu'elle s'attaquait à l'islam et non à la religion catholique.

Nous voyons ainsi une extrême droite attaquer les « fainéants » qui ne travaillent pas mais les défendre tant qu'elle y trouve son intérêt, attaquer la laïcité mais sans revendiquer lorsqu'il le faut.

Il faudrait par ailleurs se garder d'attribuer ces attitudes à la seule extrême droite : n'oublions pas qu'elle est le laboratoire des politique futures depuis un certain temps ! Ainsi, en 2006, le canard enchaîné avait compté que, sur les 30 point du programme de M.JM.Le Pen à l'élection présidentielle de 2002, M.Chirac en avait déjà appliqué 14. Et les choses ne se sont pas améliorées depuis.

 

RadicalisationS

C'est une antienne de dire qu'après la chute de l'URSS « athée », l'occident a eu à se trouver un nouvel ennemi. Le « choc des civilisation » est une doctrine dont le bénéfice était de justifier des guerres et des luttes masquant ce qui marque le quotidien de tout un chacun en occident : les inégalités criantes, la dépossession des travailleurs de leurs savoirs, la spoliation de l’œuvre commune et son expropriation par une poignée de capitalistes dont les qualificatifs de « véreux » et de « cyniques » ne témoignent pas assez des violences qu'ils commettent sans vergogne aucune. Car il s'agit bien d'une radicalisation idéologique à laquelle le capitalisme nous confronte.

 

Pauvretés

Cette radicalisation créée des poches de pauvretés. Il faut souligner que la pauvreté est toujours relative (c'est-à-dire qu'elle est fonction d'inégalités forcées) et multidimensionnelle (elle est à la fois économique, culturelle, sanitaire, symbolique, etc.) C'est dans ces inégalités créant des pauvretés que se loge le ver d'un ressenti d'exploitation, de dépossession, de spoliation, marginalisation, etc. Les réactions sont alors multiples : soit les personnes pauvres s'unissent dans des luttes collectives, soit elle s'unissent dans des luttes corporatistes, sinon quasi sectaires. Dans ce terrau naissent les radicalismes communautaristes ; mais dans leur genèse, il faudrait bien éviter de nier le poids du système économique et l'exercice de la violence sociale.

Et les « politiques de déradicalisation » ne seront ainsi qu'un échec, ou alors une pompe à fric à laquelle s'abreuveront quelques filous sous couvert de structures associatives, tant que le mal qui frappe la société ne sera pas ciblé : les inégalités.

 
Sources :
Le mot qui tue, par Pierre Rimbert, Radicalisations « Manière de voir » #151 • février - mars 2017
Le djihadisme sous la loupe des experts par Akram Belkaïd & Dominique Vidal  Le monde diplomatique, décembre 2017

Répliques, par A.Finkelkraut, émission du 02/11/2019 « aux sources du malheur français » https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/aux-sources-du-malheur-francais

Commenter cet article