Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'écologie face à la réaction

Publié le par Scapildalou

L'écologie face à la réaction

Je ne sais pas ce qui me fait le plus mal : que des gens aient voté Hollande sans y croire ou que d'autres y aient cru... Mais ça me fait toujours moins mal que de voir le sort réservé à la nature.

Bien évidemment il y a eu la Cop21 à Paris, cette débauche de fric, d'énergie, de moyens pas forcements très écologiques, etc. qui s'est conclu par un accord qui n'est même pas un accord à minima. Il est vide, ne comprend rien qui pourra sauver les systèmes écologiques qui pourtant en ont besoin.

Auparavant la nature était l'objet de règles étatique, c'était une préoccupation régalienne, au même titre que rien d'autre en fait car l'armée était en partie privée, la police et la justice aussi – jusqu'à la naissance des états nation.

Ces états nations sont des compromis entre des élites locales, des capitaines d'industrie qui ont eu besoin de force pour légitimer leur domination et leur impérialisme et des banquiers qui n'avaient que faire des frontières, sauf si elle leur permettait de réaliser de l'évasion fiscale.

Les deux derniers acteurs n'avaient que faire de préoccupations écologiques, s'en était fini de la préservation des écosystèmes (voir notre article l'Oïkos régalien).

A ce titre, personne dans les médias traditionnels et dans les débats publics n'a réellement été entendu sur une contradiction : qu'est-ce que la Cop21 veut nous dire par rapport à notre dame des landes, par rapport à la zone du Testet dans le Tarn, par rapport au center parcs de Roybon, par rapport au site d'enfouissement des déchets de Bure, etc. (et je parle pas de la destruction planifiée des fonds marins par la france dans le pacifique).

Où l'on nous apprend que développer le trafic aérien sur un aéroport au nord de Nantes et au sud de Rennes, quand ces deux villes disposent déjà d'infrastructures suffisantes mais mal gérée, justifie la destruction de zones humides où vivent des espèces protégées.

Où l'on voit dans le Tarn un projet être mis à mal par la justice quand la classe politique française dans son ensemble a montré de quoi elle était capable. A gaillac, des milices locales tenues par l'extrême droite sous la bienveillance d'élus PS s'en sont donné à cœur joie à molester des passants dès que ceux-ci avaient les cheveux long, à brutaliser des opposants au barrage, à détruire et dégrader les véhicules, fermes, maisons, etc. d'opposants actifs ou non, voire d'opposants supposés au barrage. Et le PS local de s'en réjouir. Les brutalités policière se traduisant par la mort de Rémi Fraisse n'ont en rien permis un retournement de l'opinion travaillée par les médias.

Les manifestations à Toulouse se sont soldées par des violences policières, quand celles de la FNSEA qui entraînaient des centaines de milliers d'euros de dégâts ne souffraient d’aucune pression des forces « de l'ordre ».

Désormais la droite décomplexée attaque. Le Canard enchaîné du 22/06/2016 listait des associations pourtant habituées à travailler avec les pouvoirs publics dont les subventions sont supprimées par les élus régionaux de droite.

Eux s'achètent des villas en Corse : la nature ils en profite, leur cul sur du béton...

Commenter cet article